Dr Thierry Ballet - Chirurgie digestive et pariétale

Hernies - paroi

Kyste sacro-coccygien

Kyste sacro-coccygien

Il est situé au niveau du sacrum ou du coccyx. On observe de fins pertuis sur la raie interfessière, quelques centimètres au-dessus de l’anus.

Lorsque le kyste s’infecte, une masse indurée apparaît. Elle est douloureuse puis se draine souvent spontanément, soit sur la ligne médiane, soit latéralement. Non traitée, l’infection récidive presque toujours.

Son origine la plus probable est la présence de résidus embryonnaires jouant le rôle de corps étranger, qui favorise l’infection. On évoque aussi la pénétration de poils dans la raie interfessière, raison pour laquelle la pathologie porte aussi le nom de kyste pilonidal (du latin pilus et nidus, nid de poils) ou jeep disease car elle a été fréquemment observée chez des soldats américains et attribuée, sans doute à tort, aux chocs répétés encourus dans les jeeps.

Kyste sacro-coccygien

Le traitement d’urgence consiste à drainer l’abcès.

Le kyste peut contenir de nombreux trajets fistuleux. Le traitement définitif consiste à enlever le kyste en totalité, jusqu’à l’aponévrose du coccyx ou du sacrum. Pour éviter la récidive, la résection doit emporter tous les trajets fistuleux. C’est la raison pour laquelle on les colore en injectant du bleu de méthylène dans les orifices cutanés en début d’intervention.

La plaie opératoire est laissée ouverte en fin d’intervention. Le traitement postopératoire consiste à guider la cicatrisation afin qu’elle soit la plus rapide possible. Notre centre a une très grande expérience de ce traitement. Nous utilisons notamment le système VAC, petite pompe portative qui aspire les sécrétions, parfois abondantes en postopératoire immédiat, ce qui réduit la durée du traitement.

Au cours de l’année qui suit l’opération, il est très important de raser ou d’épiler la région adjacente à la résection afin d’éviter la récidive par retournement de poils dans la cicatrice.